Après les années de Bachelier qui ont permis de développer de solides bases en connaissances et raisonnements juridiques, le Master va permettre à nos étudiants d'entamer une spécialisation dans un domaine plus spécifique du droit tout en accentuant encore la mise en pratique de ce dernier.

Objectif
  • découvrir de nouveaux domaines juridiques (droit international, droit fiscal…)
  • consolider et spécialiser ses connaissances
  • conforter la mise en pratique: séminaires d'argumentation juridique, méthodologie de la recherche et de la rédaction…
Cursus

Les étudiants de Master sont invités à choisir l’une des trois finalités suivantes : Droit civil et pénal,  Droit économique et social, et Droit public et international.

La finalité Droit civil et pénal s’adresse aux étudiants attirés par le profil de juriste généraliste. Elle ambitionne de fournir aux étudiants des compétences centrées sur les contentieux individuels, de nature civile, familiale et pénale.

La finalité Droit économique et social est proposée aux étudiants qui souhaitent acquérir des compétences en matière de droit de l’entreprise, dans tous ses aspects : droit du travail, droit des sociétés, droit pénal de l’entreprise…

La finalité Droit public et international est destinée aux étudiants attirés par le droit public national ou international et notamment par la pratique du contentieux administratif et constitutionnel, la fonction publique, les cabinets ministériels  ou la carrière internationale.

Chaque finalité propose en outre un cours de méthodologie de la recherche et de la rédaction ainsi qu’un séminaire d’argumentation, dans une pluralité de domaines juridiques au choix des étudiants.

Par ailleurs, le programme fait une large place au libre choix des étudiants via une double liste de cours à option.

Spécificités

Le grade de Master en droit de l’ULB associe la rigueur de l’apprentissage, l’étude approfondie de questions juridiques concrètes et complexes, l’apport d’enseignants réputés dont de nombreux praticiens, ainsi que la mise en perspective des connaissances et compétences acquises par des cours offrant un regard critique sur le droit, tel les cours de Théorie du droit, Anthropologie du droit, Philosophie du droit, Sociologie du droit, etc.

Débouchés

Le Barreau accueille les avocats, véritables traducteurs en termes juridiques de situations concrètes rencontrées par les citoyens, par les sociétés commerciales ou autres associations. L’avocat idéal associe le goût de l’analyse, la capacité à aller à l’essentiel, le soin apporté à l’argumentation convaincante, l’honnêteté, la combativité et l’éloquence. Il présente de solides capacités de gestion et d’efficaces compétences linguistiques. Le magistrat doit trancher les conflits qui lui sont soumis en faisant abstraction de ses sentiments personnels pour s’identifier entièrement à sa mission, avec intégrité, compétence et diligence. Il doit maîtriser le processus judiciaire et les principes fondamentaux qui en garantissent à la fois l’efficacité et la pertinence.
À cette fin, il développe un talent d’écoute et d’ouverture mais doit pouvoir prendre avec courage des décisions parfois délicates en les motivant avec précision.

Le notaire accompagne, par ses conseils, la vie des familles – et aussi des sociétés – à chaque étape de leur évolution. Il authentifie les actes juridiques consacrant chacune de ces étapes pour en assurer la sécurité et la pérennité.

L’huissier de justice, par ses interventions officielles à plusieurs niveaux de la procédure judiciaire, constitue un chaînon indispensable à l’efficacité concrète de la justice.

Le réviseur, le juriste d’entreprise, l’entrepreneur facilitent, par leurs connaissances en droit et leurs capacités à mener un projet, l’aboutissement d’ambitions économiques, en préservant le caractère équilibré et équitable.

À tous les niveaux de la vie publique, nationale ou internationale, des juristes apportent leur savoir toujours actualisé, leur indépendance d’esprit et leur attachement aux valeurs démocratiques, véhiculées par le droit, pour préserver l’égalité des citoyens, la sphère de leurs libertés et les conditions d’une juste solidarité.

Enfin, les chercheurs en droit apportent aux évolutions positives de notre société leurs analyses constructives, fondées sur des méthodes rigoureuses de traitement des sources et alimentées par leur imagination prospective.

Le programme des cours du Master en droit permet à l'étudiant, par l’existence de trois finalités distinctes et de multiples cours à option, de nombreux parcours personnalisés différents. Retrouvez ici, à titre d'exemple, quelques "parcours-type" en fonction du type de droit que vous aimeriez pratiquer après vos études.

Conditions d'accès

Accès au Master en droit pour les étudiant·e·s devant encore réussir entre 16 et 30 crédits de cours de bachelier

Afin de garantir la qualité de l’encadrement pédagogique des cours, séminaires et travaux pratiques dispensés en Master en droit, les jurys de Bachelier et de Master de l’ULB ont décidé que ne peuvent pas s’inscrire en Master en droit les étudiant·e·s qui doivent encore présenter des unités d’enseignement de leur bachelier en droit à concurrence de plus de 19 crédits.

Maîtrise du français

À partir de l’année académique 2019-2020, tout candidat au master en droit titulaire d'un diplôme obtenu en dehors de la Communauté française de Belgique doit faire preuve d’un niveau B2 du cadre de référence européen en français au moyen d'un test de langue officiel (voir conditions d’accès du master en droit pour l’année académique 2019-2020). Cette preuve devra être fournie par l’étudiant lorsqu’il complétera son dossier d’admission. Il ne sera pas possible d’être inscrit sans ce document.

Mis à jour le 27 février 2019